Hypersensibilité, dépression, cerveau et intestins

Répondre
sophie369
Messages : 1
Enregistré le : lun. 13 avr. 2020 11:01

Hypersensibilité, dépression, cerveau et intestins

Message par sophie369 »

Travaillant actuellement sur l'hypersensibilité, je reprends l'écoute des vidéos de Thierry Casasnovas. Nombre de personnes hypersensibles sont anxieuses à tendance dépressive. Si je comprends bien Thierry voit 2 causes : une liée au mode de vie et une autre à l'alimentation.

Je me pose une question très spécifique sur l'hypersensibilité, son lien avec le cerveau et les intestins!!plus particulièrement sur les multiples connexions neuronales des hypersensibles! (donc vous voyez très spécifique)
Pourquoi certains hypersensibles sont assez calmes et joyeux et d'autres très nerveux et dépressifs? Certains l'expliquent par une enfance "agréable" ou pas. Mais cette explication ne me suffit pas. Certains hypersensibles ont eu une enfance difficile et font preuves d'une capacité de résilience hors du commun. Je cherche l'impact physiologique sur la suractivité cérébrale, sur l'anxiété et la dépression.

Les études sur le cerveau des hypersensibles ont montré que leur cerveau ne présente pas plus de neurones mais présente beaucoup plus de connexions entre les neurones, jusqu'à 50% de plus.

Je crois que la questions la plus importante est celle d'un d'une quantité "gérable" ou "galopante" comme si il s'agissait d'un flux électrique moyen ou "hyper".

Je le vois alors ainsi : dans la vie quotidienne, quand les échanges entre les neurones reste "vivable", cela implique une pensée en arborescence, une grande créativité, une intuition accrue, empathie qui permet de mieux comprendre son environnement, une bonne concentration sur un sujet qui passionne la personne.

Mais quand les échanges s'emballent, cela peut entraîner quelque chose comme une cheval lancé au galop et instoppable, dans ces cas là cela est problématique : suractivité mentale, (difficulté à se poser, obsessions, doute permanent, allant jusqu'à un brouillard mental et une grande confusion, irritabilité, troubles du sommeil), épuisement nerveux subséquent entraînant notamment une hyperémotivité, une grande difficulté à s'adapter au changement, à accepter les différences, à lâcher l'obstination et les obsession...

La question que je me pose : cette suractivation des échanges "électriques" entre les neurones ne peut elle pas venir d'une inflammation cérébrale elle même issue de la migration de toxines issues des intestins vers le cerveau, migration rendue possible par la porosité de la membrane intestinale et de la membrane hématome-éncéphalique?

Je suis moi-même hypersensible et assez découragée...très handicapée au quotidien par mon épuisement nerveux, mon état dépressif régulier, ma limite nerveuse très basse, des problèmes digestifs surtout intestinaux et hépatiques malgré mes efforts pour avoir une alimentation riche en fruits et légumes (cuits car trop enflammée), mon hyperémotivité qui tourne à la sensiblerie et aux crises colériques malgré toute ma bonne volonté et qui pourrissent mes relations. Une thérapie n'est pas suffisante et je sens bien que mon corps est une piste sûre.

Thierry parle souvent du jeûne comme panacée pour la dépression mais quand on a déjà une capacité nerveuse limitée cela peut être catastrophique pour une personne hypersensible chez qui les extrêmes sont problématiques. J'ai déjà un peu essayé et cela a conduit à des crises de boulimie par la suite car la solution était trop extrême et radicale.

Quelles solutions alors?

Voilà où j'en suis de mes questions et réflexions.
Cyril.b
Messages : 3
Enregistré le : lun. 27 avr. 2020 08:04

Re: Hypersensibilité, dépression, cerveau et intestins

Message par Cyril.b »

Bonjour vous pourriez
peut etre commencer par un jeun partiel ne manger qu a partir de midi et tres leger le soir car il faud etre prudent avec le jeun pour les novices
Avatar du membre
nathaliegaillard
Expert
Messages : 116
Enregistré le : mar. 11 juin 2019 10:45

Re: Hypersensibilité, dépression, cerveau et intestins

Message par nathaliegaillard »

Bonjour Sophie,

j'espère que vous avez pu trouver des réponses à vos question depuis votre message.

Ce que je peux vous dire par rapport à mon expérience personnelle et professionnelle c'est que déjà vous avez tout à fait raison dans votre analyse concernant les effets sur le système nerveux, et n'oublions le système endocrinien, des sur-stimulations pour les hypersensibles.

Donc oui il y a bien des causes liées au mode de vie et à l'alimentation (une alimentation inadaptée crée un stress physiologique donc un débordement des capacités adaptatives de l'organisme).

Maintenant pour répondre à votre question:
cette suractivation des échanges "électriques" entre les neurones ne peut elle pas venir d'une inflammation cérébrale elle même issue de la migration de toxines issues des intestins vers le cerveau, migration rendue possible par la porosité de la membrane intestinale et de la membrane hématome-éncéphalique?
Et bien oui, absolument. L'équilibre du microbiote intestinal et l'intégrité de la muqueuse sont des facteurs-clés dans les symptômes impliquant le système nerveux, que l'on soit hypersensible ou non d'ailleurs, mais d'autant plus chez les hypersensibles chez qui les nombreuses connections neuronales rendront la sensibilité à ces effets accrue.

Attention aux quantités de fruits trop importantes si vous êtes épuisée, ce n'est peut-être pas adapté, à voir selon votre constitution. Et en ce qui concerne le jeûne c'est effectivement à évaluer au cas par cas et avec mesure en fonction de votre vitalité disponible et de votre capacité à éliminer vos toxines. Si vous êtes trop fatiguée, les toxines seront certes remises en circulation mais pas forcément éliminées ce qui risque de fatiguer davantage votre organisme et de créer des stimulations nerveuses supplémentaires.

Pour moi les pistes à suivre: renforcement du système adaptatif (voir thyroïde, surrénales..), voir ce qui se passe au niveau des intestins (microbiote, porosité), du foie, piste d'une intoxication aux métaux lourds est également à envisager et dans ce cas on fera une détox après avoir pris toutes les précautions en lien avec votre capacité à les éliminer.

En espérant avoir répondu à vos questions, je reste à votre disposition si besoin.

Bien à vous,

Nathalie, Naturopathe pour Joozia
Naturopathe, partenaire officielle et consultante pour JOOZIA.
Spécialisée dans l'accompagnement des personnes hypersensibles.

https://physioplantes.com/consultations ... -gaillard/
Partenaire : https://joozia.com/
Répondre